Donner place

PRINTEMPS 2015 - Conserver des mémoires du bâtiment

« Il y avait, en ayant bien analysé les choses de façon scientifique, trois possibilités de donner place à l’histoire passée dans le présent de maintenant et le futur qui suivrait. Une manière de permettre au bâtiment d’ingérer, de digérer les événements qu’il avait abrité, et de poursuivre sa mutation en fraîche et accueillante résidence. »

Couler, dans le béton des nouveaux murs, les objets emblématiques de la Collecte d’objets et du projet dans sa globalité ; traces infimes et ordinaires de la vie en ce lieu : exercices de couture, chaussure de dame de cantine, palette de peinture d’un squatteur, lettre de Gino le squatteur à son frère, outil de Michel le factotum, dessin d’enfant du volet Derrière la porte, robe en laine rouge du volet Le Temple, etc. On ne voit pas ces quatorze objets apparaître en transparence : ils sont cachés dans les murs. A l’entrée du bâtiment, à côté du plan d’évacuation, un plan montre les emplacements de là où ils sont enfouis, et raconte une partie de l’histoire.
Avec l’architecte Daniel Berguedieu et l’équipe des ouvriers du chantier

Conserver des boutures des arbres symboliques de l’invasion végétale : les deux saules marsault et les deux figuiers poussés accrochés à la verticale des murs. Les replanter dans le futur jardin mobile, avec des cartels empruntant leur style aux cartels botaniques (nom de la plante en latin, arrosage, etc), mais pour y faire figurer les récits et la parole de chaque arbre.
Avec Raphaël et Aurélien de Friche & Cheap

Prélever les boiseries et autres matériaux recyclables qui allaient être détruits lors des travaux. S’en servir pour construire d’autres choses, ailleurs, comme si des morceaux de l’ancien lycée rebâtissaient des aventures extérieures.
Avec Camille Florent et Bureau Baroque