Actualité

7151e209-d01d-e938-a279-04ab6b87e0d7.jpeg

Une immersion croisée entre les territoires de Rochefort et Angoulême

La Coupe d'Or, scène conventionnée de Rochefort et le Théâtre d'Angoulême, scène nationale

Une présence au long cours se dessine sur ces deux territoires, par le biais d'un prisme passionnant et nécessaire : comment les jeunes s'aiment-iels aujourd'hui ? Des études récentes montrent une baisse des liens sexuels chez les 15-24 ans. Les causes en sont multiples, mais on peut faire entre autre l'hypothèse des conséquences des confinements, et de la pression tyrannique des réseaux sociaux sur l'apparence et la performance.

« Facebook prouve que tout le monde est ennuyeux, Twitter que tout le monde est horrible, mais Instagram vous fait croire que tout le monde est parfait, sauf vous », écrit Alex Hern, journaliste réseaux sociaux, dans The Guardian. La révolution queer permet aussi aujourd'hui de revendiquer, par son vocabulaire précis (et incroyablement soulageant pour qui ne se vit pas cis-het, et pour les autres aussi), l'asexualité et la volonté de rapports intimes et amoureux différents, loin de l'injonction à la conquête et à l'orgasme.
Le sujet est vaste et grave ; l'invitation des deux théâtres tombe à pic pour répondre à une des obsessions récentes de la compagnie De chair et d'os autour de trois fondamentaux de nos existences, dont la société entière ne fait que parler mais pour lesquels elle a bien du mal à élaborer une parole claire, pédagogique, ouverte et constructive : l'argent, la mort, le sexe (et l'amour, et la tendresse, bordel !). À bras-le-corps, oreilles ouvertes et protocoles habituels, nous voilà prêt.e.s à la rencontre, la réflexion et la co-construction.
L'immersion devrait durer un an (saison 2023-24). Cette saison, nous allons préparer, réfléchir, découvrir les relais qui nous permettront de travailler avec les jeunes de ces territoires. 

Illustration tirée de « On fait quoi aujourd’hui ? », réalisation d’une toile de Jouy contemporaine installée à l’accueil du collège Gaston Crampe à Aire sur l’Adour, par Jonathan Macias avec les élèves de 4ème C et d'Ulis, dans le cadre du dispositif Culture en herbe, porté par le conseil départemental des Landes.

220304_DCDO_QCC_COGNAC_CR2_©I.Mathie_0124_preview.jpg

Quand ça commence au FAB

Quand ça commence
Camille Duvelleroy et Caroline Melon
Expérience immersive pour un•e spectateurice

Imaginez-vous une femme qui déménage et laisse à la personne qui lui succède une lettre et quelques objets. Puis la suivante fait la même chose, initiant ainsi une étrange tradition.

Quand ça commence explore l’amour, les espoirs et les déceptions de plusieurs générations de femmes, ce qui fait naître et mourir le désir, et comment les histoires se transmettent, se perdent et se partagent. C’est une aventure à vivre seul.e dans une maison inhabitée. Mais pas abandonnée.

De chair et d’os continue de creuser des manières de faire récit au 21e siècle, dans un mixe d’écritures - entre jeu vidéo, film et arts vivants -, et de transmettre des histoires dans un rapport de grande intimité avec le public.
 
Du 5 au 9 octobre, de 10h à 19h45
Festival International des Arts de Bordeaux Métropole
Lieu secret (indiqué lors de la réservation)
Entrée toutes les 15 minutes, réservation obligatoire, durée approximative : 1h
Réservation : www.fab.festivalbordeaux.com
Contact professionnel·le·s : Noémie Sage, 06 82 25 94 12, production@dechairetdos.fr

+ d'infos sur le projet

Quand ça commence a été traversé à Saint-Médard-en-Jalles (33) à l'invitation de  la Scène nationale Carré-Colonnes en février 2022, à Cognac (16) à l'invitation de l'Avant-Scène en mars 2022, à Rennes (35) en avril 2022, à l'invitation du Festival Mythos et à Avignon (84) en juillet 2022, à l'invitation de la Manufacture.

Un grand merci à La Manufacture, collectif contemporain, de nous avoir accueilli•e•s du 11 au 17 juillet derniers lors du festival d'Avignon, ainsi qu'aux nombreuses personnes venues participer à cette expérience immersive pour leur enthousiasme et leurs chaleureux retours.

© Ivan Mathie