Actualité

211217_DCDO_QCC_┬®I.Mathie_0718_HD.jpg

Quand ça commence

 

Une proposition immersive de Camille Duvelleroy et Caroline Melon

Quand ça commence pétrit une matière amoureuse interactive depuis plusieurs mois. Le projet, hybride, immersif, multi-supports garde son fil conducteur de six histoires d’amour contemporaines, parallèles, féminines où le·la spectateur·ice construit le fil de son propre récit. Pour le reste beaucoup de choses ont changé depuis les premières intuitions de Camille Duvelleroy et Caroline Melon, binôme aux manettes de l’écriture. C’est qu’elles sont loin d’avancer seules ! Au fil des résidences, tournages, brainstormings et autres crashtests, de nombreu·x·ses complices sont venu·e·s poser leurs regards, apporter leurs grains de folie et leurs personnalités.
Ainsi en décembre, au Carré Colonnes, Yan Duyvendak et Jonathan Macias les ont rejointes, l’un en regard extérieur, l’autre en scénographe de la maison multi-pièces de Quand ça commence. Dans la Drôme début janvier, c’est Bérénice Meinsohn qui a monté le film en forme de storie Instagram sur le personnage de Myriam. Avant eux, elles, les autrices Aïcha Euzet et Haïla Hessou ont dessiné les contours de Azra et Jeanne Gloria Adjovi ; le scénariste Nicolas Peufaillit est venu questionner les ressorts narratifs de cette histoire multi-pistes…
Quand ça commence est depuis ses débuts une affaire collective, un faisceau de figures et de rencontres. Cela valait bien des présentations, et une petite question commune !

Merci au Festival des arts de Bordeaux métropole et à l’OARA pour l’organisation d’une présentation du projet pendant le FAB, en octobre. Après trois résidences, l'une au MAIF Social Club en octobre, puis deux au Carré Colonnes en novembre et décembre, une séance de montage en janvier dans la Drôme, les temps de travail s’enchaînent cet hiver, avant la présentation d’une première forme à Cognac, début mars, à l'Avant-scène qui est depuis la genèse, l'écrin du projet. À l'impulsion de l'Iddac, nous préparons aussi un carnet de bord sonore et photographique du processus de création. 

+ d'infos sur le projet

© Ivan Mathie

Photothèque - 16 sur 114.jpeg

Brest

« Brest est une ville palimpseste*… qui a cette capacité à se construire à travers le temps, par couches successives et sédimentation mémorielle. » nous soufflent en écho, Caroline Raffin et Maïté Rivière, directrices du Fourneau et du Quartz.
C’est tellement vrai, cette remarque et c’est ce qui nous séduit dans cette aventure auprès de ces deux mastodontes culturels brestois : soulever les couches successives de cette ville militaire, maritime, et ville de fête ! En novembre, Caroline et Jonathan y sont partis une semaine, pour un premier vrai temps d’infusion. Ils ont dormi dans la magnifique médiathèque des Capucins, le nouveau quartier où se posera le futur Fourneau, arpenté le Quartz en travaux avec Kevin Toquin, le chef de la sécurité du bâtiment, rencontré des responsables des archives et du patrimoine…
Fin janvier, ils dormiront au mythique hôtel Vauban - dans la chambre où fut tourné un clip de Miossec -, flâneront au marché du dimanche matin, « feront la piste » (en breton - une longue, très longue tournée des bars) avec des spécialistes, et continueront à creuser le passé, le présent et le futur de cette ville fin de terre si puissante.
Épisode 1 disponible !
Et pour vous faire partager tout cela, on tient un carnet de bord écoutable ici (à venir), condensé sensible de de nos nouvelles pérégrinations, avec nos émotions, nos interrogations, et quelques petites blagues en passant (on ne se refait pas).
 * la ville-palimpseste désigne la capacité d'une ville à se construire à travers le temps, par couches successives et sédimentation mémorielle.

+ d'infos sur le projet

Résidence du 26 au 30 janvier 2022
Résidence du 18 au 22 avril 2022
Résidence du 21 au 25 octobre 2022
Création commune à l’automne 2023

Une commande du Fourneau, Centre national des arts de la rue et de l'espace public de Brest et du Quartz, Scène nationale de Brest (29).
Un projet de Jonathan Macias et Caroline Melon
Production De chair et d’os
© Caroline Melon, Noémie Sage et Jonathan Macias